Annoncé par le ministre Blanquer en mai, Devoirs faits doit se mettre en place dans les collèges après les vacances de la Toussaint. Le ministère a produit un vadémécum qui n’a aucune valeur réglementaire pour sa mise œuvre mais qui est très prescriptif. Il faut donc être particulièrement vigilant.
Devoirs faits doit permettre aux élèves de faire les devoirs au collège lors de temps dédiés selon le volume horaire et un emploi du temps fixé (pas nécessairement en fin de journée) par l’établissement. Les élèves doivent être volontaires et autorisés par les parents. Les modalités sont discutées en conseil pédagogique avant d’être présentées au conseil d’administration.
Les intervenants peuvent être : professeurs, CPE, personnels fonctionnaires d’état, AED, volontaires du service civique, associations agréées pour faire de l’aide aux devoirs. Le vadémécum recommande d’installer un coordonnateur qui pourra être rémunéré avec une IMP si l’établissement fait appel à d’autres personnels que les enseignants.
Il faut donc être vigilant sur :

  • L’enveloppe donnée qui doit permettre de rémunérer les personnels
  • Le travail supplémentaire généré pour les CPE par la mise en œuvre de ce dispositif qui est considéré comme faisant partie de leurs missions et qui ne donne pas droit à une rémunération supplémentaire
  • L’implication des AED qui ne peut pas se faire au détriment du fonctionnement de la vie scolaire ou en s’appuyant sur leur bénévolat.
  • Le niveau d’étude des volontaires du service civique qui peuvent être recrutés sans posséder le baccalauréat
  • La nature et la qualification des associations intervenantes. Il est obligatoire de voter au CA une convention avec elles.
  • La mise au pas pédagogique possible par des injonctions issues de la mise en œuvre de devoirs faits
  • Le rôle du coordinateur
  • L’utilisation du numérique

Pour une analyse plus exhaustive du vademecum, vous trouverez en cliquant sur ce lien un article sur le sujet.
https://www.snes.edu/Vademecum-Devoirs-faits.html

Pour un approfondissement de la réflexion sur le travail à la maison, vous trouverez en cliquant sur ce lien, une intervention de Julien Netter, du groupe ESCOL (Éducation et scolarisation, Université Paris 8) qui enseigne à l’ ESPE, de Créteil et une note de lecture (« Le travail des élèves à la maison : une analyse didactique en termes de milieu pour l’étude »)
https://www.snes.edu/Pourquoi-Devoirs-faits-n-est-peut-etre-pas-la-solution.html