21 novembre 2017

Catégorie - Carrière - Mutation

Rendez-vous de carrière, quelques informations utiles

Les collègues concernés par les rendez-vous de carrière pour l’année scolaire 2017-2018 ont dû recevoir une information par l’intermédiaire de leur mail professionnel.

C’est un nouveau système d’évaluation qui se met en place et il faudra être vigilants sur certains points. Les chefs d’établissement et les IPR ont été formés aux nouvelles modalités de l’évaluation, pour autant certaines informations ne sont pas correctement relayées. Il est donc utile de rappeler certains points qui viennent de nous être confirmés par le rectorat lors du groupe de travail du 17 octobre.

- Le chef d’établissement peut exiger d’assister à l’inspection . En revanche il ne peut pas assister à l’entretien avec l’inspecteur.
- L’IPR ne peut ni ne doit exiger aucun document (préparation de cours, progression,…) avant l’inspection.
- La transmission du document de référence n’est pas obligatoire, cela relève du choix du collègue.
- L’entretien avec le chef d’établissement ne peut se dérouler en présence de l’adjoint. L’entretien avec le chef d’établissement doit se dérouler après l’inspection (dans un délai de 6 semaines) et en aucun cas avant.
- Pour les TZR, c’est le chef d’établissement de l’établissement de rattachement qui doit réaliser l’entretien.
- Pour les collègues en complément de service, c’est le chef d’établissement de l’établissement support qui doit réaliser l’entretien.

Lorsque vous êtes informés que vous êtes concernés par un rendez-vous de carrière, vous devez vous connecter à l’application SIAE. Vous serez informés de la date de l’inspection au moins un mois avant la date de cette inspection. En cas d’impossibilité (congés de maladie, de formation, de maternité, voyage scolaire…) vous pourrez demander une modification de cette date.

Le non-respect de ces consignes par nos évaluateurs est susceptible d’entraîner la nullité du rendez-vous de carrière. Il est donc important d’être vigilant. N’hésitez pas à contacter la section académique en cas de difficulté.

Jean Pascal MERAL